#125 - Bob le bricoleur acoustique

#125 - Bob le bricoleur acoustique

Date de l'émission: 
Lundi, 11. Mars 2019

Refaire son home studio, c'est l'occasion de reparler de tous les problèmes potentiels qui doivent être traités, de l'isolation phonique à l'acoustique, et même l'isolation thermique. Pour les moins bricoleurs, cela peut rapidement tourner au casse-tête. Mais ce n'est pas parce qu'on a une bonne isolation qu'il faut nécessairement ruiner son audition. Nous faisons le point sur les bonnes pratiques pour protéger son ouïe, tout un dérapant sur un tas d'autres sujets, soit environ plein à la minute. Enfin, comme d'habitude en somme.

Crédits image : Lrk

Animée par: 

Commentaires

Portrait de Blast

Pendant l'émission, on a énoncé un certain nombre de principes sur la base de nos souvenirs lointains et parfois vagues. Du coup, j'ai fait une recherche un peu plus poussée, même si elle reste incomplete.
Le but n'est pas de reproduire ici les règles et normes professionnelles, mais de donner des pistes à un·e home studiste pour définir un niveau sonore qui soit efficace sans fatigue et sans risque pour ses oreilles.

Evidemment, ce sont là les normes dans un environnement de travail et il n'est pas différent pour un·e employé·e de bureau, un·e ouvrier·e en usine et un·e sondier·e sur sa table de mixage.
Là j'en suis au décret n° 2006-892 paru le 19 juillet 2006, donc ça concerne la France et c'est peut-être modifié depuis, mais l'idée est là.

En home studio, on fait un peu se qu'on veut, mais si on admet que des sondier·e·s pros qui bossent selon ces règles peuvent faire du bon son, et ne pas se niquer les oreilles, on peut s'en inspirer fortement.

- Principe numéro 1 : ce sont des mesures pondérées A, moyennées sur la journée de travail.

- Principe numéro 2 : ce sont des mesures d'exposition. Donc mesuré là où on se trouve quand on mixe quelle que soit la distance où se trouvent les moniteurs. Du coup, pour un casque c'est pareil, on ne va pas mesurer sa puissance sonore à 1 mètre, mais juste là où se trouvent les oreilles.

- Principe numéro 3 : il y a aussi des mesures de niveaux crête, normal, vu que c'est une moyenne, mais vu que là c'est pour du mixage et qu'on ne va rester dans une dynamique "raisonnable", j'imagine que si la moyenne est bonne, le reste sera ok (A confirmer, ou infirmer, si vous être pros, n'hésitez pas)

Bref, en milieu pro, à partir d'une exposition moyenne de 80 dB(A), on est sensé mettre à disposition des employé·e·s des PICB (Protections individuelle contre le bruit, des bouchons, quoi).

Du coup, vu qu'on imagine mal un·e sondier·e bosser avec des bouchons, ça explique probablement cette norme de 79 dB(A) que j'ai lu ici et là. (Apparement, le seuil de 85 dB(A) est l'ancienne norme qui a été rabaissée. Désormais, si on a une moyenne de 85d dB(A), le port des bouchons est obligatoire.

Bref, en studio, c'est juste rédhibitoire.
Maintenant, il va falloir trouver la méthodologie imparable pour mesurer notre exposition si on n'a pas de sonomètre.