#59 - Numérique ta mère

#59 - Numérique ta mère

Date de l'émission: 
Dimanche, 12. Février 2017

Faut-il vraiment que tout soit analogique, et d'abord qu'est-ce que ça signifie exactement ?

Doit on croire tout ce que le marketing veut bien nous faire croire ? 

Revenons sur quelques concepts et principes de base pour mieux comprendre en quoi le numérique en audio est bon pour nous. Et on pourra même parler d'horloge, ça va certainement être marrant.

News du marché: 

Un kickstarter de contrôleurs MIDI modulables

Prix indicatif: 
N.C

Un synthé polyphonique 6 voix à partir d’une Raspberry PI

Lien article : https://ask.audio/articles/check-out-this-6voice-polyphonic-raspberry-pi-synthesizer

Prix indicatif: 
N.C

La 14ème semaine du son s’est terminée le 5 février.

Prix indicatif: 
N.C

Asmoth : je viens de trouver un plugin d’ampli guitare super sympa : Cypress TT-15 de Black Rooster Audio

Prix indicatif: 
Gratuit
Coup de coeur: 
SOS awards 2017
JUL: Victoire de la musique
Documentaire Soundbreaking sur ARTE TV
Post NAMM Shear Electronics
Laney Lionheart l5 studio
Les Jours, la Fête du Stream
Un coup de colère : ARTURIA AUDIOFUSE
Radiophonie Vol. 9
Animée par: 

Commentaires

Portrait de Eolas

D'après ce que j'ai compris les fréquences d'échantillonnage du type 96kHz ou 192kHz ne sont pas du tout destinées à permettre d'enregistrer des fréquences sonores élevées que de toute façon le micro ne pourrait pas capter, elles sont avant tout prévues pour donner une plus grande marge de manoeuvre aux plugins qui vont traiter le signal numérique. Les bons plugins proposent souvent de faire du suréchantillonnage en interne pour pouvoir mieux camoufler les artefacts produits par leur action et qui auraient tendance à aller se coller au plafond. En 44kHz le plafond étant plus bas qu'en 192kHz les risques que ces artefacts empiètent sur le spectre audible sont donc beaucoup plus grands. Pratiquement le fait de travailler avec des fréquences plus hautes pourrait éviter d'avoir à suréchantillonner à l'intérieur des plugins et permettrait donc d'alléger la charge CPU nécessaire à chaque traitement.

Portrait de Blast

Si la fréquence d'échantillonnage ne sert pas à l'enregistrement, alors pourquoi les interfaces audio numerique proposent-elles 96, 192 et même 384 alors que tous les traitements ultérieurs (hors usage de DSP) se font à l'intérieur de l'ordinateur, au risque que l'horloge perde de sa précision à ces fréquence et introduisent du jitter ?

Si on veut vraiment bosser en interne à des fréquences élevées rien n'empêche de faire sa prise de son à 44.1 ou 48 et de suréchantillonner ensuite, une fois pour toutes, après import dans le projet.

Ça aurait l'avantage de ne pas polluer ces fréquences supérieures de bruit non-maitrisé et d'harmoniques mal enregistrées car captées avec un micro non-adapté, au même titre qu'on enregistre en 24 bits entiers et qu'on bascule en interne en 32 bit float (ou autre quantification supérieure, selon le logiciel employé).

Le seul début d'explication qui pourrait émerger quant à l'adoption de fréquences d'échantillonnage élevées (hormis l'idiophilie et le marketing à outrance, hein) est ce qu'avançait Jay pendant l'émission, à savoir réduire la latence pour une taille de buffer donné.

Ceci dit, ça reste, à mon avis, assez peu justifié car d'une part, si l'ordinateur et l'interface sont capable d'encaisser sans craquements un flux de taille double, alors on devrait être tout aussi capable de réduire le buffer de moitié pour la même latence au final.

Par ailleurs réduire la latence est essentiellement utile pour l'enregistrement de musique en prise successives, ce qui est de plus en plus facile avec le monitoring direct - donc sans latence - disponible sur ces interfaces de "haut de gamme". Sans parler du fait que la latence sur les interfaces récentes est absolument dérisoire, inaudible et - de toute façon - très facile à caler, si pas automatiquement.

L'autre explication potentielle reste la possibilité d'adoucir drastiquement la courbe du filtre anti aliasing (filtre anti-repliement) appliqué lors de la numérisation mais, dans ce cas, pourquoi cet argument n'est-il jamais exposé et qu'aucune courbe concernant ce filtre n'est jamais disponible  dans les documentation techniques ? (A ma connaissance, corrigez moi si je me trompe)