Criticality - Les prods de Noël des auditeurs

Date de l'interview: 
Jeudi, 2. Novembre 2017

Le temps file et le prochain Noël approche. Du coup il est plus que temps de vous faire écouter ou réécouter les prods concoctées par les auditeurs des Sondiers, sans classement aucun, chaque production étant intéressante à plus d'un titre.

En bonus, vous pourrez lire leur interview dirigée, ce qui vous permettra de connaitre un peu mieux qui se cache derrière la partition.

N'hésitez pas à commenter, et relayer.

Aujourd'hui : Criticality de franzwam
Soundcloud : https://soundcloud.com/franzwam/criticality

- Peux-tu nous parler un peu de toi et de ton parcours ?

Bonjour à toutes et à tous, je m’appelle franzwam (en principe sans majuscule), et je suis musicien depuis maintenant quelques décennies (aoutch !). J'ai commencé par la batterie il y a un peu plus de 20 ans, et entamé l’apprentissage de la basse puis de la guitare en autodidacte il y a un peu moins d’une dizaine d’années. J’ai commencé à me renseigner sur tout ce qui touche à l’enregistrement, le mixage et la MAO assez récemment, en 2014.
Je suis actuellement batteur dans un groupe de rock (power trio). Nous avons déjà un bon petit nombre de concerts à notre actif, mais étant donné la difficulté de trouver des bars qui acceptent la batterie (de plus en plus de limiteurs dans les salles), nous avons engagé un changement de set avec, du coup, l'apparition (et l'apprentissage !) du synthé pour ma pomme. Ce qui me permet enfin de m’entraîner chez moi, vu que la batterie en appart’ …. :-S

- Quelle a été l’idée générale derrière ta prod ? Qu’avais-tu en tête au moment de démarrer ?

Le premier objectif c’est clairement de relever un défi et de s’astreindre à un calendrier. J’ai pris en charge tout l’aspect mixage de mon groupe, et j’ai déjà mixé (ou tenté de mixer plutôt) quelques-unes de nos compos. Mais je n’ai jamais été confronté au fait de fournir un « produit » à un « client » avant une date butoir. Quand je mixe, j’ai tout le temps que je veux, je peux donc tout à fait m’acharner et saccager un mix sur lequel j’avais pourtant pas trop mal démarré.
Pendant que je me tâtais pour savoir si j’allais m’engager dans le défi, j’ai eu une sorte de ritournelle qui me trottait dans la tête, proche de la chanson « Light » du groupe Archive (https://www.youtube.com/watch?v=yLuOzNeHw5I&feature=youtu.be&t=1m23s) et de l’ambiance de certaines musiques du jeu S.T.A.L.K.E.R., ce qui s’est concrétisé par la mélodie de piano et de flûte. L’orgue est sûrement dû au fait que j’ai vu Interstellar peu de temps avant et que la bande son m’a littéralement scotché.

- Comment s’inscrit ton projet par rapport au défi des Sondiers ?

J’ai bien évidemment entamé ce projet spécialement pour le défi de Noël, et j’ai trouvé amusant d’y insérer quelques clins d’œil (parfois très très subtils !) aux Sondiers. Si ne vous voulez pas chercher (bande de tricheurs !), vous pouvez les trouver en bas.

- Qu’est-ce qui t’a motivé à nous soumettre cette production ?

Pour être honnête, j’ai failli ne pas participer à ce défi. Dès que j’ai entendu l’idée, j’ai adoré. Dans les jours qui ont suivi, avant même d’avoir écrit la moindre note, je me suis dit que ce n’était pas pour moi, que je n’avais pas le niveau et que ça allait être ridicule. Et j’ai abandonné l’idée.
Le jour même où je devais partir de chez moi pour aller chez mes parents pour fêter Noël, une sacrée mouche m’a piqué, et j’ai finalement tout enregistré en une demi-journée, tout copié sur mon laptop, pris mes clics et mes clacs, et je suis parti, en me disant que j’allais mixer loin de chez moi.

- Quels instruments et quels matériels as-tu utilisés ?

Au niveau instruments « physiques », les parties guitare ont toutes été enregistrées sur une Strat Squier Classic Vibe 50’s que j’adore.
Le reste n’est que du plugin 100% pur numérique:
-    Miroslav Philharmonik pour le piano, le piano disto, les cordes, cuivres et orgues.
-    Kontakt pour le clavinet
-    4Front Rhodes pour … le Rhodes
-    TAL U-NO-LX pour le Juno
-    Drummica’, excellente batterie pour Kontakt par Sennheiser !
Ainsi que des samples glanés ça et là pour les crashes (gongs, vitres cassées, éclairs, fusil à pompe, zap, …)
Pour les guitares, j’ai travaillé avec des amplis LePou, des réponses impulsionnelles de cabs dénichées je-ne-sais-plus-où ainsi que Guitar Rig.
L’ensemble a été commis sur Reaper, avec l’aide de quelques plugins dont :
-    Des réponses impulsionnelles de la Bricasti M7. « Pourquoi s’em****** avec des reverbs algorithmiques pourries alors que tu chopes les IR, tu les insères et hop ! Ça fonctionne tout seul !», dixit un ingé son retaillé qui utilise la vraie quasi quotidiennement. (Et en plus c’est tout à fait légal !)
-    Mais vu que je ne suis pas ingé son, j’ai quand même glissé une Glaceverb et une EpicVerb :-P
-    Density MkIII de Variety of Sounds (sûrement mon compresseur favori)
-    Saturation Knob de Softube
Et d’autres encore (ReaEQ, Replika, Thunderkick, MJUCjr, TDR Kotelnikov, …)
Le tout sur un PC portable de 2007 ...

- Quelles ont été les difficultés auxquelles tu as été confronté ?

Justement, belle transition, parlons du portable de 2007…
Cette fantastique bête de course s’est fait greffer un magnifique processeur Intel Core 2 Duo T7100 culminant à la fréquence vertigineuse de 1,8 GHz ! Et en 32 bits Madame ! Bah oui, on oublie assez vite, mais quand on part rapidement et qu’on copie tout son dossier de plugins depuis son ordinateur fixe, qui est une bête de course récente, donc en 64 bits, on oublie ce petit détail ! J’ai dû re-télécharger pas mal de mes plugins mais je n’ai pas pu obtenir tous ceux que j’utilise habituellement.
Et le processeur est tellement à la ramasse que j’ai passé plus de temps à faire des render/freeze qu’à véritablement mixer. Dans ce cas-là, le moindre plugin consomme de la ressource. Même ReaEQ mangeait une part non négligeable de CPU, alors qu’il m’en faut plusieurs dizaines pour chatouiller le pourcent sur mon fixe. Ca oblige fortement à assumer ses choix avant de fixer le(s) effet(s) sur la piste, c’est stressant !

- Si tu devais le refaire, que ferais-tu différemment ?

Il y aurait sûrement beaucoup de choses à faire différemment … mais la première chose qui me vient à l’esprit, ce serait de ne pas hésiter à s’engager et de commencer le projet dès le début, pour ne pas avoir à mixer en 24h. Et surtout éviter de se retrouver à tout faire sur un matos à la ramasse !

- Qu’as-tu tiré de cet exercice, globalement ?

C'est stimulant ! Le frisson de finir à temps, de fournir un « produit » à un « client », c’est inédit pour moi, parce que pour les morceaux de mon groupe, il n’y a pas de deadline, et je sais qu’il y a en règle générale plusieurs allers-retours avec les autres zikos, de plus en plus pointus et précis, avant que le mix ne soit fixé pour de bon. Là, c’est « On envoie et en-avant Guingamp ! ».

- Comment cet exercice va-t-il influencer tes productions futures ?

Etant donné que je n’ai pas une énorme expérience, tout exercice de mixage m’apporte quelque chose. Et celui-ci m’a apporté son lot d’enseignements, à la fois techniques (comment tel ou tel plugin réagit) mais aussi artistiques (orientation d’un projet, production). Il me semble également que depuis, je choisis plus mes plugins parce que je connais leur caractère, je le fais de moins en moins au hasard.

- Un autre commentaire à ajouter ?

Merci les Sondiers pour le défi, et vivement celui de Noël 2017 !
Ah et puis voici la liste pour ceux qui ne veulent pas chercher les clins d’œil :
-    la flûte devient du bugle pour Asmoth
-    Le Rhodes pour Jay
-    Knarf a droit à du Juno (le meilleur de tous !)
-    Les crashes sont composées de très nombreux samples, dont la plupart sont intitulés « Blast-quelque-chose » … subtil je l’avoue ;-)

 

 

Interview par: